Au revoir et bonnes fêtes de fin d’année

Comme vous le savez, la période des fêtes de fin d’année a commencé

La CGT vous souhaite ainsi d’excellentes fêtes, à vous, vos familles et à vos proches

 

Censure syndicale à la CGT Econocom Services

Comme les salarié-e-s d’Econocom Services ont pu s’en rendre compte, depuis mai 2014, date des dernières élections sur l’UES Econocom, La CGT a très et trop peu communiqué, au contraire de ce qui est notre habitude.

La raison en est toute simple, la Direction d’Econocom a fait tout ce qu’elle a pu pour empêcher la CGT de venir vers le personnel de l’entreprise et les informer.

Ceci par des menaces d’actions en justice contre la CGT et ses représentants, mais aussi par des moyens techniques en black-listant notre nom de domaine cgtems.fr par exemple. Il y a deux ans la CGT avait déjà informé l’ensemble des effectifs d’Econocom sur les agissements de la Direction.

D’ailleurs, force est de constater que depuis que la CGT ne peut communiquer, les autres syndicats sont restés assez muets et sont revenus dernièrement grâce aux articles de la CGT. Par exemple, un accord d’entreprise a été signé sur les BAM (Bordereau d’Affectation de Mission) mais personne n’en a informé le personnel de l’entreprise, ni le seul syndicat signataire, ni un groupement de syndicats ni la Direction. Ces fameux BAM, issus d’Osiatis sont un mélange d’ordre de mission et d’avenant au Contrat de Travail, la CGT d’Econocom Services les considère donc comme illégaux.

Attention donc aux ordonnances Macron, appelé loi travail XXL, qui vont encore durcir les conditions de travail et amoindrir les droits des travailleurs.

 

Au revoir et à bientôt

Econocom Services va disparaître, à son tour, au 31 décembre, pour un transfert vers Econocom Osiatis France.

Après le rachat d’ECS, la Direction d’Econocom avait procédé à des restructurations dont les activités Services. C’est ainsi que tous les salariés d’ECS travaillant dans les activités Services ont été transférés. Mais plus curieusement, c’est Econocom Managed Services qui a migré vers Alliance Support Services.

Cette dernière a changé de nom au même moment pour s’appeler Econocom Services, Curieusement, car ASS avait un plus gros déficit budgétaire, des comptes de résultats inférieurs et des effectifs de 200 personnes contre 800 de l’autre côté.

Aussi à l’époque les Comités d’Entreprises d’EMS et d’ASS avaient diligenté une expertise des comptes, mais curieusement le CE d’ES cette fois ci n’a pas juger bon de faire une expertise par un cabinet indépendant au contraire du CE d’EOF. Pourquoi ?

Bizarrement, la Haute Direction d’Econocom avait fait valoir qu’il était plus intéressant pour l’entreprise financièrement d’aller d’EMS vers ASS. Mais la logique de l’époque n’est plus vrai cette fois ci, car ce sont environ 1000 salariés d’ES qui sont transférés vers EOF. EOF qui comptent aujourd’hui près de 4500 personnes, an additionnant les ex EOF, les ex ESR et les ex Osiatis Systems.

Ce qui est certain, c’est la dilution de la culture Econocom à chaque achat, avec au sens de la CGT la perte des points positifs au détriment des points négatifs de chaque partie.

 

Prestation du CE Econocom Services

De plus, la CGT Econocom est scandalisé par le traitement de la SLC par les élus du CE, au détriment de bon nombre de salarié-e-s. Effectivement, sans aucune information par le CE où les syndicats qui y siègent, les salariés n’ont pas été informé de la clôture des remboursement au 1er décembre. Ainsi, celles et ceux qui attendaient les derniers achats de Noël, se verront lésés de 120€.

L’explication serait une prétendu impossibilité informatique, alors que la billetterie fonctionne, elle, jusqu’au 26 décembre.

Quel mépris pour les salariés qui ont voté ou pas pour eux !

 

Avantages Individuels Acquis (AIA)

Au contraire de ce qui a pu être dit aux salariés, les avantages individuels acquis ne sont pas transférés. En effet, ce sont les accords d’entreprise d’EOF qui seront de vigueur, même s’il est vrai que le Code du Travail et les décisions de la Cour de Cassation rendent un peu flou ce concept.

Avant la loi travail de 2016 (loi El Khomri), il était possible de profiter des accords les plus favorables durant encore quinze mois après le transfert, ce qui n’est plus le cas. La loi travail XXL ira encore plus loin en supprimant le caractère protecteur du Contrat de Travail.

C’est pourquoi la CGT est signataire de l’accord d’adaptation 

La CGT Econocom Services a voté en faveur de cette signature, tout comme la CGT Econocom Osiatis France. La raison en est toute simple, l’intérêt de tous les travailleurs étaient de profiter des avantages d’ES, comme la journée de solidarité payée par l’employeur.

Par ailleurs, comme la CGT l’avait demandé, la paie sera versée en fin de mois et non en début du mois suivant comme actuellement chez EOF. Aussi, si la Direction a refusé de renégocier la part patronale des Tickets Repas, elle a par contre convenu, que compte tenu du fait que la carte restaurant n’était pas encore prise en charge chez tous les restaurateurs, de laisser la liberté aux salariés de choisir entre la carte et les tickets.

Par contre, les modalités d’Econocom Osiatis France sur la gestion du temps de travail, laisse la CGT d’Econocom Services assez dubitative. La CGT reviendra donc vers l’ensemble du personnel pour dénoncer les défauts et avancer des revendications.

 

Rapprochement CGT d’EOF et d’ES

C’est dés l’annonce de l’achat d’Osiatis par Econocom que les équipes CGT ont commencé à travailler ensemble et tisser des liens fraternels, qui sont une plus value pour la défense des salariés.

C’est pourquoi, la CGT d’ES est heureuse de travailler dans la même entité que nos camarades CGT d’EOF. Pour leur part, ils nous réservent leur meilleur accueil.

Donc, à très bientôt …

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *